Ajouter à une liste de favoris

Que vous arriviez du nord, du sud, ou de l’est, l’Indre à Vélo vous mène à Loches depuis Beaulieu-lès-Loches, soit par une rue bordée de belles demeures et des châteaux de Sansac et d’Armaillé, ou, plus bucolique, par le sentier qui unit les deux communes en traversant les Prairies du Roy (classement Espace Naturel et Sensible)

Le panorama qui s’offre à vous provoque un effet « Wahoo» incontestable. Posée sur son éperon rocheux dominant la vallée, l’impressionnante Cité royale de Loches veille sur ce lieu depuis plus de 1 000 ans. Un millénaire riche en histoires que vous allez découvrir en visitant le donjon médiéval, l’un des mieux conservé d’Europe. Forteresse, puis prison, le donjon de Loches culmine à plus de 34 mètres. L’ascension vaut vraiment l’effort. De là-haut, vous embrassez un panorama à 360°. Pendant la visite un Histopad® guide vos pas et vous révèle, par la magie de reconstitutions 3D, les salles aujourd’hui disparues.

La visite se poursuit au Logis royal, palais où les femmes ont eu un rôle majeur dans l’histoire de France, de Jeanne d’Arc à Anne de Bretagne, sans oublier Agnès Sorel, qui repose dans la collégiale Saint-Ours. C’est en cette résidence que Jeanne d’Arc vint convaincre Charles VII d’aller se faire sacrer roi de France à Reims. Le parcours de visite est composé d’animations numériques. Chaque année, le site accueille une exposition temporaire et participe au Noël au Pays des Châteaux, un évènement qui allie beauté des décors de fête et magie des contes pour enfants.

© Arnaud Deplagne

Le magnifique gisant d’albâtre d’Agnès Sorel est installé dans la collégiale Saint-Ours, église romane coiffée de surprenantes pyramides, les dubes, fantaisie architecturale que vous ne verrez nulle part ailleurs ! Son portail polychrome, très bien conservé, de pur style roman, est orné de sculptures de personnages et d’animaux tirés du bestiaire médiéval.

La ville haute compte une autre curiosité à ne pas manquer : le Musée Lansyer. Emmanuel Lansyer, peintre du 19e siècle, élève de Gustave Courbet et de Viollet-le-Duc, légua sa maison de famille à la Ville. Édifiée sur les remparts, la maison-musée a gardé tout le charme de cette époque. Entièrement restauré, le musée présente des œuvres de Lansyer réalisées en Touraine et lors de ses nombreux voyages. Un espace « famille » complète agréablement le dispositif. Dans le jardin romantique, un accès vous permet de monter sur la terrasse de la Porte royale, en aplomb de la ville basse.

Ville d’art et d’histoire

Au fil de vos pas, vous découvrez les portes médiévales de la Cité et des hôtels particuliers de la Renaissance. La Chancellerie, et sa façade inspirée de la bibliothèque laurentienne de Florence, démontre combien Loches était au cœur des courants artistiques de cette époque. La Chancellerie héberge le centre d’interprétation du patrimoine. A deux pas, vous pourrez découvrir la façade richement décorée de l’Hôtel de Ville. Ce bâtiment renaissance, de 1543, accolé à la porte Picois, est une merveille. Continuez la visite avec l’église et la galerie Saint-Antoine, avec sa belle collection de peintures, dont les fameux Caravage de Philippe de Béthune, est en accès libre.

Le centre historique de Loches © Loïc Lagarde

Les rues du cœur historique composent l’essentiel du centre-ville. L’agitation des marchands et colporteurs du Moyen-âge, qui voyageaient de Paris à l’Espagne, a laissé la place à de jolies vitrines et aux terrasses accueillantes des bars et des restaurants. Faire une pause gourmande participe pleinement de la découverte de l’art de vivre des lochois. La Touraine est Rabelaisienne : la gastronomie est ici incontournable. Les bonnes adresses sont si nombreuses que votre seul embarras sera d’en choisir une !

D’ailleurs, si vous passez un mercredi ou un samedi matin, le marché et ses 130 étals de produits frais vous combleront les yeux et les narines avant de vous stimuler les papilles. Une halte essentielle pour composer votre prochain pique-nique à déguster, pourquoi pas, sur un banc du jardin public ?

Nature et authentique

Au 19e siècle, les jardins botaniques éclosent dans les principales villes françaises. Loches inaugure le sien sur les rives d’un bras de l’Indre. Ses arbres centenaires ouvrent des fenêtres panoramiques sur le logis royal qui se reflète dans les eaux calmes de ses bassins.

Vous retrouvez aussi le donjon et la collégiale Saint-Ours qui s’élèvent au-dessus des toits mêlant tuiles plates et ardoises, une caractéristique de cette partie de la Touraine.

Trônant fièrement à la croisée des allées du jardin public, le kiosque à musique résonne à la belle saison de concerts gratuits en plein air. Une belle occasion d’y revenir à la nuit tombée pour admirer la silhouette de la Cité royale de Loches baignée par la lumière apaisante de la lune.

festival Loches en Voix © Léonard de Serres